Une histoire à faire peur

de Magdalena Guirao Jullien

éd Kaléidoscope, 1994.

 

                                                                Maman se penche au-dessus du lit.

                                                                « Alors tu me la racontes, cette histoire de sorcière ? Tu me l’avais promis ! réclame Romain.

                                                                – Es-tu sûr Romain ? demande maman. Es-tu bien sûr de vouloir une histoire de sorcière avant

                                                                    de dormir ?

                                                                – Oh ! oui ! S’il te plaît !

                                                                – Il était une fois une gentille sorcière avec un beau balai rose.

                                                                – Ah ! Non ! dit Romain. Si c’est une sorcière, elle est méchante et si c’est un balai de sorcière,

                                                                   il est vilain et noir !

        – Bon, reprend maman, il était une fois une méchante sorcière avec un vilain balai noir, elle vivait dans un magnifique château avec un joli chat blanc !

         – Ah ! non ! dit Romain. Si c’est une sorcière, son château est affreux et moche et si c’est un chat de sorcière, il est féroce et gris.

         – Bon, reprend maman, elle vivait dans un château affreux et moche avec un féroce chat gris.

         Un jour de soleil, elle va se promener dans la forêt pour ramasser des fleurs et elle rencontre un lapin. Elle l’invite à manger.

        – Ah ! non ! dit Romain. Si c’est une sorcière, elle se promène un jour d’orage pour ramasser des champignons empoisonnés et si elle rencontre quelqu’un, c’est un loup, pas un lapin, et si elle l’invite ce n’est pas pour lui donner à manger, c’est pour le manger.

      – Bon, bon, reprend maman, un jour d’orage alors qu’elle se promène dans la forêt pour ramasser des champignons empoisonnés rencontre un loup et l’invite à manger. »

        Romain poursuit :

         « La sorcière rentre au château avec le loup. Puis elle prépare une soupe aux champignons et à la queue de rat. Dès qu’elle a le dos tourné, le loup se penche sur la marmite pour goûter la soupe, mais la méchante sorcière l’attrape et le jette dans la marmite. Ensuite elle le mange avec du ketchup, de la moutarde, des cornichons, des olives et des fraises. Après elle boit son lait chocolat oignons et comme son ventre enfle, enfle, enfle, elle va faire un gros pipi dans son jardin et toutes les fleurs se sauvent.

        – Romain, dit maman, veux-tu que je dorme avec toi ce soir ?

        – Pourquoi, maman ? Tu as peur de la sorcière? demande Romain.

        – Oui, elle est terrible, ton histoire !

        – Allez, viens dans mon lit, maman. Tu peux dormir tranquille : moi, la sorcière, je peux la transformer en souris, boudin ou saucisson avec mon sabre de pirate.

         Alors la méchante sorcière laide et moche, continue Romain, se promène dans son jardin quand un affreux géant l’attrape et l’emmène dans son antre. Il va en faire cadeau à son affreux bébé géant qui adore faire joujou avec les sorcières. Mais notre sorcière, pour s’échapper, se transforme en souris !

        – blanche, dit maman, un peu endormie.

        – Ah ! non ! en souris noire ! Voyons, maman, je te l’ai déjà dit, c’est une sorcière ! » explique Romain.

         Maman finit par s’endormir tout à fait.

         Romain prend alors le balai pour chasser toutes les souris qui s’étaient groupées sous le lit pour écouter l’histoire.

         « Allez, au lit les coquines ! Demain on demande à maman une histoire d’ogre.

         – Oh ! oui ! » répondent en chœur les souris.